17 Mar 2017

Carte d’identité : nouvelle procédure

Carte d’identité : nouvelle procédure

Carte d’identité : nouvelle procédure

De nouvelles modalités de délivrance de la carte nationale d’identité entrent en vigueur à partir du 28 mars. Qu’est ce qui change ? Où et comment procéder ? Peut-on se faire accompagner ? Mode d’emploi

 

À partir du 28 mars, la procédure pour demander ou renouveler sa carte nationale d’identité tend à se « dématérialiser » dans le cadre du « plan préfecture nouvelle génération » visant à « moderniser et sécuriser » ces services. La carte, elle, ne change pas.

Une « pré-demande » en ligne

L’admininistré doit saisir toutes ces données lors d’une pré-inscription en ligne pour une première demande, un renouvellement, ou en cas de perte, ou de vol à l’adresse suivante :

https ://predemande-cni.ants.gouv.fr

ATTENTION : Noter ou imprimer le numéro de « pré-demande » nécessaire pour l’étape suivante, la numérisation de ses empreintes digitales, comme pour le passeport.

Où ?

Dans l’une des 20 mairies du département de son choix équipées d’un dispositif de prise d’empreintes numérisées (et non plus dans la mairie de sa commune de résidence uniquement) : Nancy (Hôtel de ville et maisons de quartier du plateau de Haye, d’Haussonville, Mon-Désert, Saint-Pierre-René II), Saint-Max, Laxou, Vandœuvre, Jarville, Frouard, Dieulouard, Toul, Lunéville, Baccarat, Pont-à-Mousson, Nomeny, Vézelise… La carte sera à retirer là où le dossier a été déposé.

L’État a prévu une dotation forfaitaire d’au moins 8.580 € pour équiper les communes d’une station. La préfecture de Meurthe-et-Moselle a traité 42.179 dossiers de CNI en 2016.

Combien ça coûte ?

La CNI (Carte nationale d’identité) est un document gratuit délivré par l’État français. Sa détention n’est d’ailleurs pas obligatoire. Attention toutefois : en cas de perte ou de vol, ou si on n’est dans l’incapacité de présenter son ancienne carte, il en coûtera 25 € en timbre fiscal.

Fracture numérique

Si internet s’est généralisé dans les services publics (état civil, impôts), une partie de la population en demeure exclue.
Pour réduire cette « fracture numérique », il sera possible de se faire accompagner pour la pré-demande en ligne, l’État ayant prévu une dotation pour équiper toutes les mairies qui souhaitent fournir ce service.
« Une analyse de l’offre est en cours afin d’identifier les zones des territoires pour y implanter des points numériques », explique Jean-François Raffy.
Par ailleurs, des dispositifs de recueil mobiles seront déployés pour les mairies non équipées qui souhaitent offrir ce service aux personnes ayant des difficultés à se déplacer.

 

Retrouver l’article sur http://www.estrepublicain.fr